Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Les connotations métisséesde l"Etincelle"

6 Septembre 2017 , Rédigé par François Vicaire

Quand on a de grandes ambitions et qu'on dispose d'une petite jauge comme celle de la chapelle Saint-Louis, il faut cultiver l'art de la démultiplication. C'est ce que fait Sébastien Lab qui sous le label générique de « L'Etincelle » fait feu de tout bois tout aussi bien dans ses murs place de la Rougemare, qu'avenue Porte des Champs au Conservatoire et aux Sapins à la salle Louis Jouvet sans oublier le fleuron rouennais qu'est devenu l'auditorium Corneille.

Une situation qui l'oblige à jouer avec les contrastes qu'offrent ces différents lieux et à répondre aux demandes d'un public dont les aspirations multiples interdisent l'exclusive.

Un exercice de haut vol dont Lab a su prouver en un an de temps qu'il était possible non seulement de le réaliser mais de lui donner des prolongements.

La saison qu'il propose pour 2017/2018 en est un parfait exemple.

Un des spectacles porte le nom évocateur de « Trajectoires » (à Corneille le 12 janvier) et c'est bien de trajectoire qu'il s'agit... depuis le jazz avec Avishai Cohen (le 6 octobre au Conservatoire) jusqu'aux chants kurdes de « Aynur » (le 31 mai à Corneille ») en passant par le « Noir lac » de Khrystle Warren (à Corneille le 19 décembre) ou le Dhaffer Youssef quartet (le 8 novembre, toujours à Corneille), « l'Etincelle » lance dans le ciel rouennais des gerbes tour à tour scincillantes et graves qui ont toutes, musicalement parlant, une connotation métissée extrêmement vivifiante.

Cela va de l'expression la plus pure mais aussi la plus innovante du tango avec le quarteto Gardel (au Conservatoire le 6 avril), aux improvisations inspirées de Shahin Novrasli (au Conservatoire le 10 novembre) jusqu'aux élégances déchirées du flamenco baroque de Rocio Marquez et Fahmi Alquai.

Dans ce bel artifice on peut extraire quelques soleils chorégraphiques comme « Partition(s) » de Jérôme Ferron et Frédérique Unger qui prennent véritablement Mozart à bras le corps (salle Louis Jouvet les 7 et 8 décembre) et « Belles et Bois » d'Emmanuelle Vo-Dinh pour aboutir à une curieuse évocation cavalière de Stéphanie Chêne avec « Au galop ! » (à la chapelle Saint-Louis, les 20, 21 et 22 mars à la chapelle Saint-Louis).

L'actualité en alerte

Le monde du spectacle se veut de plus en plus en phase et en alerte avec l'actualité... « L'Etincelle » n'y reste pas insensible avec deux moments très forts : l'un consacré a aux problèmes de la Palestine (« Décris-Ravage » les 1°, 2 et 3 février à la chapelle Saint-Louis) l'autre est l'étonnant « We love Arabs » de Hillel Kogan où l'on surprend un chorégraphe israélien en quête d'un danseur arabe (toujours à la Chapelle Saint-Louis les 18 et 19 janvier).

Le théâtre et en particulier le théâtre régional tient une belle place dans cette programmation : on y verra (ou reverra) le beau « Songe d'une nuit d'été » de Catherine Delattres (à la chapelle Saint-Louis les 13, 14 et 15 février), le troublant « Qui suis-je » de Yann Dacosta (les 12, 13 et 14 avril à la salle Louis Jouvet), le non moins troublant « Kaspar et Juliette » du Théâtre de l'Escouade (le 15 novembre à la salle Louis Jouvet) ou le décapant « Sandy et le vilain Mc Coy » de Acid Kostik (les 12, 13, 14 et 15 décembre à la chapelle Saint-Louis) etc...

Et nous terminerons ce tour d'horizon qui mérite d'être approfondi par un grand moment d'exploration musical le 10 avril à Corneille que proposera l'ensemble « Variance » en déployant les circonvolutions subtiles que Stravinski, Thierry Pécou et Astor Piazzolla ont su, entre autres, construire autour du tango.

Autant dir que « L'Etincelle »,ça va balancer !

 

Le programme complet sur www.letincelle-rouen.fr

 

Nos photos :

En haut à droite :Avishai Cohen (le  6 octobre au Conservatoire)

A gauche ; Shahin Novrasli (le 10 novembre au Conservatoire)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article