Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

« Les saisons baroques » à Corneille : une richesse exceptionnelle

14 Septembre 2017 , Rédigé par François Vicaire

«La Chapelle Corneille ouvre cette année ses portes au « Poème Harmonique » avec le concours international de musique baroque consacrée aux voix qui s'achèvera dimanche prochain 17 septembre après trois jours de compétition pendant lesquels 34 candidats venus de tous les points du globe se seront pacifiquement affrontés

C'est une belle manière de commencer la saison et d'affirmer la vocation d'un lieu dont la souplesse permet de l'adapter à toutes les jauges depuis la plus intimiste à celle susceptible de recevoir sans problème de « grands messes ».

Une élasticité d'utilisation qui donne à Vincent Dumestre la possibilité d'affirmer une politique artistique qui joue avec les facettes des principales disciplines portées par un courant culturel d'une richesse incroyable.

Mais tout en restant d'une grande fidélité à l'esprit de l'époque dont il est imprégné, le baroque peut - et sait – s'affranchir du carcan de l'académisme avec une pointe d'humour et une bonne dose d'inventivité.

La programmation de cette nouvelle saison en est l'évident manifeste.

Ce subtil dosage se répartit cette année en quatre volets principaux qui promettent

« des fièvres italiennes, des grâces françaises, des extases spirituelles et des frissons dramatiques ».

Tout un programme !

Le premier volet sera consacré au « Focus Venise » et plongera les auditeurs dans l'univers de la Sérénissime à une époque où la musique qui était encore un art des salons, va descendre dans la rue et s'intaller dans des théâtres ouverts à tous les publics. Pour ce passage « dalle calli ai Palazzi » Vincent Dumestre a construit un parcours musical, mis en scène et en lumière (aux chandelles  par Benjamin Lazar (vendredi 17 novembre à 20 heures). Il annoncera l'âge d'or du violon baroque dont Telemann et surtout Vivaldi seront les étendards. Ce sera l'occasion de retrouver Evgeny Sviridov qui avait obtenu l'année dernière le grand prix du « Concours Corneille » et qui revient avec sa propre formation ( Samedi 18 novembre à 20 heures). Enfin cette trilogie vénitienne se clôturera avec un récital de cantates de Vivaldi, Abinoni, Cavalli interprétées par la soprano Silvia Frigato accompagnée au clavecin par Rinaldo Alessandrini (Dimanche 19 novembre à 16 heures).

Le deuxième vocable sera consacré aux parodies, pastiches et autres métamorphoses auxquelles la musique baroque – mais aussi le théâtre - sut se soumettre avec délectation. Confrontés au rythme effréné auquel ils étaient soumis par leurs protecteurs, des compositeurs comme Bach ou Monteverdi multipliaient les citations, passant souvent du sacré au profane et véhiculant auprès des couches populaires qui n'y avaient pas accès un art qui s'ouvrait au monde. « Breve è la vita nostra » (Jeudi 14 décembre à 20 heures).

Ces métamorphoses successives, ces expériences qui s'accommodent de toutes les situations et de tous les plaisirs, on les retrouve dans les « Funérailles de la foire » construit comme une suite de vaudevilles, de farces et de parodies dans lesquelles l'opéra prend des couleurs teintées d'impertinence et de fantaisie. C'est « La compagnie des Pêcheurs de perles » qui s'attache à restituer ces grands courants iconoclastes dans lesquels la tradition et la modernité se cherchent et s'affrontent (Vendredi 15 décembre à 20 heures).

Dans ce même esprit, il ne faudra pas manquer le même jour à 18 heures un concert baroque avec «Les goguettes» qui d'un siècle à l'autre (et jusqu'au nôtre) démontent le mécanisme de l'humour dans la grande tradition « chansonnière ».

Et ce chapître se refermera le samedi 16 décembre à 20 heures avec Bach pour un concert s'appuyant sur le célèbre « Erbarme dich » de la  « Passion selon Saint Mathieu ».

Enfin, le troisième volet se fera sous le vocable de « La voix de Marie ». Vincent Dumestre y ouvre quelques intéressants chemins de traverse et parmi eux, « Les mystères de la danse et de la rose » construit par l'Ensemble Ausona autour de la « Cantate du rosaire » de Biber. Son illustration, confiée à l'acteur japonais Masato Matsuura, mettra en corrélation la spiritualité d'un partition inspirée et le cérémonial symbolique du théâtre No (Jeudi 5 avril à 20 heures).

Le lendemain très exactement «  Le concert de la loge » de Julien Chauvin présentera le « Stabat Mater » de Boccherini. (Vendredi 6 avril à 20 heures)

Dans cette perspective « Le tremblement de terre » s'inscrira dans la même connotation. Ce « tremblement », c'est celui qui se déclencha à la suite de la crucifixtion. Antonio Braghi en a fait un opéra sacré, intéressante variante scénarisée de l'oratorio (le samedi 7 avril à 20 heures).

Et dans le même temps, même jour, même lieu mais à 22 heures, Marc Mauillon reprendra un itinéraire qui va de Guillaume de Machault à Georges Aperghis, véritable parcours initiatique d'un artiste d'exception.

A côté de ces grands axes s'ordonnancent des manifestations, conférences données dans le cadre d'une collaboration avec le Musée des Beaux-Arts, visites de la Chapelle et même une incursion dans la gastronomie avec les »Contrepoints du palais » et surtout un « Festival à pleine voix » qui va ouvrir la chapelle à quelques uns des grands choeurs normands : la Maîtrise de Seine-Maritime (vendredi 18 mai à 20 heures), le Choeur « Ars Viva » d'Evreux (samedi 19 mai à 16 heures), l'ensemble vocal « Impressions » du Havre (samedi 19 mai à 20 heures), « Le Madrigal de Condé » de Caen (dimanche 20 mai à 16 heures), l'Ensemble vocal de Dieppe (Dimanche 20 mai à 20 heurs) avec en point d'orgue l'Ensemble vocal Maurice Duruflé et l'orchestre régional de Normandie qui, avec le Poème Harmonique, tous placés sous la direction de Vincent Dumestre, interpréteront le « Miserere » d'Allegri et le « Requiem » de Mozart (le lundi 21 mai à 16 heures).

Un grand moment qui clôturera la saison du « Poème » qui enchaînera avec un événement de première importance : la création de « Phaeton » de Lully dans l'impressionnant opéra de Perm en Russie avec une reprise ensuite à l'Opéra du château de Versailles en attendant, peut-être, une présentation à l'Opéra de Rouen que l'on espère avec impatience.

 

La programmation complète sur www.poemeharmonique.fr

nos photos :

En haut : "Venezia" par le "Poème Harmonique

A gauche : - L'ensemble" Ludus Instrumentalis" dirigé par Evegeny Sviridov

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article