Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Molière et Beaumarchais … les compagnons d'Emmanuel Noblet

19 Mai 2017 , Rédigé par François Vicaire

Mis en scène et interprété par Emmanuel Noblet, «  Réparer les vivants » appelait à être reconnu par la profession. Sa nomination dans la catégorie « seul(e) en scène » est déjà en soi une reconnaissance qui ne demande plus qu'à être consacrée le 29 mai lors de la cérémonie des « Molières »

« Réparer les vivants » a été – et reste – une belle et grande aventure pour le comédien rouennais. La tournée, organisée par David Bobée et le Centre Dramatique National aura totalisé, jusque-là, 130 représentations. Le succès a été immédiat et unanime : le spectacle a affiché complet dès le début des cinq semaines au Théâtre du Rond-Point. Depuis la création en Avignon en 2015, il a totalisé plus de 180 représentations avec des salles pleines, intimes ou grandes, de 200 à 500 spectateurs. Il faut dire que le thème (les greffes du coeur) interpellait non seulement de simples spectateurs mais aussi des chirurgiens, des infirmier(e)s et a suscité des témoignages de patients greffés, des échanges sur l’éthique, sur la générosité et en général sur des questions de société qui ont déclenché beaucoup d’émotion et de sens.

L'aventure ne s'arrête pas là. Elle sera à Paris de septembre à décembre au Petit Saint Martin, une salle intime, idéale pour ce style de spectacle.

Sur sa lancée Noblet pourrait se retrouver ensuite à Tahiti pour fêter la 300eme. Un record !

Pour le comédien, la rencontre avec Maylis de Kérangal, auteure du livre qui lui avait donné carte blanche pour son adaptation, a été une révélation. Ce moment de théâtre d'une incroyable intensité aussi bien au niveau de l'acte théâtral lui-même que des prolongement humains qu'il génère, aura été un véritable tournant dans sa vie d'homme et de comédien. Une si longue cohabitation aurait pu émousser son enthousiasme. C'est le contraire qui s'est produit et cette permanence dans l'intensité est un des éléments déterminants dans sa nomination aux « Molières »

« J’ai conscience de vivre une aventure exceptionnelle avec ce spectacle. Alors je ne boude pas mon plaisir, je la vis jusqu’au bout. A ma grande surprise, je ne me lasse pas de jouer autant, j’ai toujours un plaisir immense à préciser le jeu, à passer du drame à la comédie, à sentir les silences vertigineux de la salle et emmener le public ailleurs la seconde d'après. Et je modifie quelques détails de mise en scène, des lumières, des ajouts de textes, je peaufine, je réfléchis même à des scènes qui manquent.

Et après ?

Après on verra, si j’ai toujours envie de le jouer, qui sait si on ne le reprendra pas plus tard ? 

Pour l'instant je suis dans la création de ma compagnie dans la Région pour préparer d’autres spectacles auxquels je réfléchis, mais je veux surtout libérer du temps pour retrouver d’autres projets comme acteur avec d’autres partenaires et d’autres metteurs en scène que moi. Entre deux dates j'ai réussi quand même à caser un tournage pendant mes vacances. Il s'agit d'une nouvelle série de France 2 pour la rentrée et dans laquelle je serai récurrent, avec une blouse blanche encore, celle du directeur scientifique du Louvre qui collabore à des enquêtes policières via son ex-compagne, l’héroïne de la série ».

Le 29 mai, Emmanuel Noblet croisera les doigts en attendant le verdict de cette compétition où il va se retrouver en lice avec Clémence Massart pour « L'asticot de Shakespeare, de Camille Chamoux pour « L'esprit de contradiction » et de Thomas Solivérès pour « Venise n'est pas en Italie ».

Pour cette circonstance, décisive dans sa carrière, il aura à ses côté pour le soutenir Philippe Chamaux, le bras droit de David Bobbée qui a fait le pari de l’aider quatre mois seulement avant Avignon et Benjamin Guillard son collaborateur artistique qui a assuré toute la direction d’acteur sur le spectacle.

Mais cette soirée ne sera pas la seule qui sera forte en émotions pour Emmanuel Noblet. En effet, « Réparer les vivants » est également nommé au Prix Beaumarchais pour le Meilleur Spectacle 2017. La cérémonie se déroulera le 12 juin.

Contrairement aux « Molières » le prix Beaumarchais ne se contente pas (si l'on peut dire) d'une jury de professionnels mais demande également le vote des spectateurs. Ainsi ceux de la région qui ont vu le spectacle à Mont-Saint-Aignan ou ailleurs peuvent très bien accorder leur suffrage à la pièce et par voie de conséquence à Emmanuel Noblet. Pour se faire, il suffit d'aller jusqu'au 30 mai, date limite des votes, sur le site du « Figaro » qui porte le projet et de suivre les indications qui permettront peut-être au spectacle de remporter la plume – pardon, la palme ! -

Molière …. Beaumarchais... décidément Emmanuel Noblet aura passé l'année en bonne compagnie !

 Photo Aglaé Bory

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article