Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

« Somos » au CDN : la force, la jeunesse et la rage

15 Mars 2017 , Rédigé par François Vicaire

Depuis qu'elle a pris les rênes du cirque-théâtre d'Elbeuf Yveline Rapeau qui était déjà en charge de « La Brêche » de Cherbourg a mis en place – grande Normandie oblige – une plateforme constituée de deux pôles « cirque » implantés en Normandie .

 

 

Ce qui inclut des programmations dont la multiplicité ouvre de nouveaux horizons à une tradition plusieurs fois centenaire. Un peu comme ce fut le cas en son temps pour la danse contemporaine, l'air du temps favorise une évolution radicale qui bouscule les habitudes, affine les regards et révolutionne le principe même du spectacle qui s'en tient toujours à une performance sans cesse renouvelée mais lui insuffle de nouvelles respirations.

Bien sûr on pourra regretter qu'avec le départ de Roger Le Roux à Elbeuf ces nouvelles donnes, pour vivifiantes qu'elles soient imposent une culture unique alors que chacun des responsables des lieux dont il était responsable imprimait sa « patte » à des programmations dont l'originalité était liée à sa propre sensibilité et surtout à celle de la maison qu'il dirigeait.
Mais, bon, l'heure est aux regroupements et paradoxalement à l'éclatement – voire à l'éparpillement (« Terres de Paroles » est exemplaire du phénomène) - et on ne saurait se plaindre qu'il y ait trop de propositions alors qu'on déplora souvent qu'il n'y en eût pas assez.
Bref, avec le festival « Spring », les territoires normands se définissent en quatre grands rayons d'action (La Manche et l'Orne, Le territoire de Caen et la mer, l'Eure, la Métropole Rouen Normandie). Ils déploient des plaisirs qui ne sont plus exclusivement circassiens et abordent des formes d'expression qui vont du théâtre à la danse et – c'est nouveau – à la réflexion. Une manière d'ouvrir l'art du cirque à des perspectives qui échappent aux simples limites du chapiteau dans lequel il s'est cru longtemps cantonné et qui trouvait ses lettres de noblesses dans sa pérennité.

Mais le monde bouge et les pistes avec lui. Le cirque est une discipline par définition universelle. De tout temps, il a réuni des nationalités qui trouvent dans l'effort et le tour de force un nouveau langage. Il peut devenir parfois celui des signes comme le démontre le beau « Somos » de la compagnie El Nucleo dans un spectacle dont l'originalité tient beaucoup dans son discours et dans la manière de l'illustrer.

Ces six jeunes gens, originaires de Colombie et d'Italie, étaient cette semaine à « La Foudre » où on les avait déjà vus, entre autres, dans "Dios Proveera", "Wam" et "Romeo et Juliette".

Une fois encore, ils ont emballé des salles subjuguées par leur force, leur jeunesse et une rage merveilleusement contrôlée. Leur travail s'inscrit dans une mouvance résolument novatrice même si leurs prestations physiques sont, somme toute, assez classiques.

En fait, tout est dans la manière de construire un univers à la fois violent et sensuel. C'est celui de grands enfants se battant à grands jets de tampons de magnésie qui crépitent comme des balles et dont les volutes meurtrières s'évanouissent dans le feu des projecteurs.

On est loin de la sophistication des grands « banquistes» fixés par la tradition pour s'approcher au plus près d'une réalité humaine qui renouvelle le principe et le colore d'enthousiasme, de sensualité mais aussi de douleur.

C'est remarquablement construit et pensé. Les performances se succèdent, se juxtaposent, s'interposent dans des discours qui s'établissent à plusieurs niveaux y compris celui de l'humour et de la tendresse.

Le passage entre le tour de force le plus abouti et la chorégraphie à l'état pur est subtil et les enchaînements des corps et des idées déroulent une philosophie dans laquelle les changements de pied sont des changements de cap que ces jeunes gens nous font franchir allègrement.

 

Pour tout savoir sur le festival « Spring » 2017 : www.festival-spring.eu

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article