Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Au Jardin des plantes, les poètes vont ouvrir leur jardin secret

15 Septembre 2016 , Rédigé par François Vicaire

Au Jardin des plantes, les poètes vont ouvrir leur jardin secret

« Qu'est-ce que la poésie ?» demandait Musset.

Bien d'autres avant lui se sont posé la question en apportant chacun une réponse qui était comme une pierre ajoutée à un édifice qui n'en finit pas de chercher les sommets. Depuis, bien d'autres encore se sont employés à trouver une définition à ce qui est, par essence même, indéfinissable.

Parmi eux, Jacques Perrot qui avec des passionnés comme Françoise Navarro, Alexis Pelletier, Mélanie Leblanc, Alain Fleury, Patrick Verchueren et tous ceux qui constituent le « noyau dur » de l'association Détournements , font souffler sur la ville un petit vent qui est un grand bol d'air frais.

Cela fait cinq ans maintenant que grâce à eux les mots et la danse se donnent rendez-vous dans les rues de Rouen pour des rencontres informelles qui interpellent le badaud – dans le bons sens du terme – et le confronte à la richesse des images qui surprennent, à la richesse du mot qui jaillit et du geste qui le souligne.

Jusque-là, c'est Saint-Maclou avec comme point de fixation l'Aître qui est à lui seul un incomparable morceau de poésie, qui servait de cadre à cette manifestation hors norme. L'Aître, comme on le sait, va subir une politique de rénovation dont on espère qu'elle ne lui enlèvera rien de sa beauté singulière ni de sa vocation historique et culturelle d'où pour les organisateurs l'obligation d'aller chercher une nouvelle terre d'asile. Et c'est Julien Goossens qui l'a offerte en leur ouvrant toutes grandes les grilles du Jardin des Plantes qui sous son impulsion mène une politique d'animations dont le festival Vibrations a été dernièrement une parfaite illustration.

C'est donc au milieu des parterres et sous la voute de l'Orangerie que la poésie va fleurir toute la journée du 1er octobre depuis 14 heures jusqu'à une déambulation poétique en nocturne qui se fera à la lueur des lampes électriques et de bougies en guise de lucioles.

En fait, les festivités commenceront plus avant, dès le mercredi 28 à la bibliothèque Saint-Sever avec le retour de Gisèle Gréau qui quitte son « Grand Atelier » et ses bonheurs occitans pour faire glisser les beautés diaphanes comme des ombres dans une lecture dansée qu'elle prolongera le samedi à 16 heures dans la Serre de l'Horloge en compagnie d'Alain Fleury et de Manuella Brivary à partir d'un texte de Fabrice Caravaca.

Au Jardin des plantes, les poètes vont ouvrir leur jardin secret

Autre rencontre, attendue car elle se fait rare à Rouen, celle avec Elise Caron qui sera à 20 heures 30 pour un concert-parole avec Jacque Rebotier.

Toute la journée les performances se succéderont avec des comédiens, des auteurs, des éditeurs, des danseurs et, surtout, des visiteurs qui deviendront eux-mêmes les acteurs de leur propre démarche poétique. Il en sera ainsi de ce « speed-poeting » au cours desquels et en quelques minutes, ils dialogueront avec un poème tiré de l'anthologie parue l'année dernière chez Christophe Chomant. Ils auront juste le temps de faire connaissance qu'il leur faudra changer de table pour engager un nouveau flirt avec un texte inconnu.

Dans le cadre extrêmement attractif du Jardins des Plantes, toutes les formes de poésie vont donc se retrouver et donner au « jardin secret » que chacun poète porte en lui une nouvelle dimension.

Musset disait que la poésie c'était « faire une perle d'une larme ».

A Rouen ce sera une goutte de rosée !

Toute la programmation sur www.poesie-danse-la-rue.fr

nos photos :

Gisèle Gréau

Elise Caron (photo Barbara Cabot)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article