Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Le festival de musique ancienne d'Arques-la-Bataille : Les derniers chants de l'été

28 Juillet 2016 , Rédigé par François Vicaire

Le festival de musique ancienne d'Arques-la-Bataille :  Les derniers chants de l'été

Cela fait maintenant treize ans qu'existe le festival de musique ancienne d'Arques- la -Bataille.... treize ans au cours desquels cette institution – car c'en est une – a su évoluer sans rien perdre pour autant de son originalité et des objectifs que Jean Paul Combet son directeur artistique voulait lui donner.

C'est, en effet, un des charmes de ces rencontres que d'avoir sauvegardé depuis leur naissance la saveur chaleureuse d'un rendez-vous échappant au parisianisme que ce genre de manifestation peut parfois entraîner.

Tout en lui gardant la fraîcheur de ses ambitions, le festival reste avant toute chose le rendez-vous de passionnés, qu'ils soient des environs immédiats ou que s'y joigne un contingent fidèle de vacanciers de la région. Les uns et les autres viennent se ressourcer aux exigences d'une programmation axée essentiellement sur la musique baroque sans pour autant s'arrêter à de strictes exclusives.

Une philosophie de la proximité qui favorise les contacts avec le public et qui chaque année prend de l'ampleur.

En effet, s'il en reste l'armature le festival de musique ancienne tel qu'il se présente aujourd'hui, déploie un certain nombre d'activités qui se recoupent, se complètent et forment un réseau qui couvre une année entière. Parallèmement il appuie son action sur des projets pédagogiques qui sont des éléments déterminants dans les activités du festival. Il en va ainsi d'expériences que Benjamin Lazar mène avec son « Théâtre de l'incrédule » auprès de jeunes élèves de cm1-cm2 d'Arques-la-Bataille qu'il inititie aux subtilités d'un phrasé et d'un travail d'expression autour des textes de Molière et de La Fontaine.

Dans le même temps, Jean-Paul Combet a mis en place, à raison d'un concert par mois, des séries de manifestations qui essaiment dans l'agglomération dieppoise et sont, en quelque sorte, le corollaire des cinq jours pendant lequel se déroule le festival proprement dit.

Celui-ci cette année s'est construit autour d'une thématique bien particulière qui est la chanson.... la chanson telle qu'on l'a pratiquée de tous temps et celle qui aujourd'hui encore reste un des véhicules privilégiés d'une culture populaire attestant, au fil des siècles, de sa vitalité et de sa grande diversité.

Jean-Paul Combet a voulu lui rendre hommage et montrer combien la chanson – qu'elle soit de geste ou d'intention - est un des supports sur lequel la musique baroque s'est particulièrement appuyée et développée. Cela va des trouvères juifs du XIIIème siècle aux pièces contemporaines écrites pour l'orgue. Quatre concerts qui sont comme une variation très libre déclinées autour d'un répertoire dans lequel des compositeurs comme Clément Jannequin, Froberger auquel, par ailleurs, une « nuit » sera consacrée, les compositeurs espagnols du XVIème siècle et des chansons de toutes les époques vont courir librement sur les claviers du bel orgue d'Arques qui reste le symbole de ces rencontres. (Les 24, 25, 26 et 27 août à l'église d'Arques-le-Bataille avec Benjamin Alard, Etienne Baillot, Gaël Liardion et Jean-Baptiste Monot).

Tout au long de ce parcours fredonné, le festival va favoriser des rencontres inattendues et passionnantes, entre autres, avec Christine de Pisan dont seuls les textes nous sont parvenus et sur lesquels l'ensemble « Voca me » a effectué une recherche qui est une véritable aventure historique et musicologique (Mardi 23 Août à l'église de Hautot-sur-Mer). Même découverte pour ces « chansons des vents et des saisons » dispensées par « Les Lunaisiens » d'Arnaud Marzorati le vendredi 26 août à Dieppe-Maritime-Innovation à Dieppe.

Auparavant, le mercredi 24 à 22 heures à la salle des fêtes de Martin-Eglise, on retrouvera d'une manière plus surprenante la célèbre Yvette Guilbert. On connaît d'elle surtout sa fameuse « Madame Arthur » et le non moins fameux « Fiacre ». Pourtant on sait moins qu'elle fut une fière propagandiste de textes rompant avec la grande tradition du « chat noir » et qu'elle revisita, surtout dans la seconde partie de sa longue carrière, un répertoire composé de chansons anciennes, pour ne pas dire moyenâgeuses. Françoise Masset et les « Musiciens de Saint-Julien » de François Lazarevitch évoqueront celle dont Toulouse-Lautrec immortalisa la silhouette longiligne et l'humour pointu. Ce sera rendre justice à une artiste à laquelle, contre toute attente, la musique baroque lui est redevable de l'avoir défendue à une époque où on s'en préoccupait peu.

Un autre personnage sera également au centre du festival. C'est Jehan Jacob Froberger, grand maître du clavier du XVII° siècle à qui il sera rendu hommage dans une « nuit » composée d'une série de concerts-promenades qui s'échelonneront en compagnie de Benjamin Alard, Etienne Baillot, Eric Bellocq et Eugène Michelangeli. (Le jeudi 25 août de 19 à 22 heures dans quatre lieux autour d' Arques).

Enfin pour rester dans le domaine de la chanson le festival se terminera avec le rendez-vous insolite mais passionnant que donnera Yann-Janch Kemener qui est « le » chanteur breton par excellence accompagné par le violoncelle à cinq cordes d'Aldo Ripoche

Bien entendu, autour de ce florilège chanté viendra s'intégrer – le maître oblige – Jean-Sébastien Bach avec son « Magnificat » par l'ensemble « Vox Luminis » le 25août à Arques-la-Bataille. Mais la veille, le 24 août les quintettes de Louis Vierne et de Gabriel Fauré seront en quelque sortes les garants de la beauté impressionniste de la région normande et de l'universalité de rencontres qui parent de ses feux les derniers chants de l'été.

Notre photo : Yann-Fanch Kemener

Festival de musique ancienne - Arques-la-bataille – Du 23 au 27 août –

Toute la programmation et réservations sur : www.academie.bach.fr – Tel 0235043075

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article