Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

« Fées » : Les pulsions d'une jeunesse qui ne croit plus aux contes

11 Juin 2016 , Rédigé par François Vicaire

« Fées » : Les pulsions d'une jeunesse qui ne croit plus aux contes

« Fées » c'est l'histoire d'un jeune homme qui court après sa propre identité.

Plongé dans le désordre d'un monde qui l'ignore et, qu'à la limite il ignore à force de s'en sentir exclu, il se bat contre lui-même et cherche de toutes les forces d'un désarroi qui le ronge à trouver sa place et une solution à son mal-être.

Il est en quelque sorte la version moderne d'un héro romantique taraudé par les questions fondamentales du « Qui suis-je ?» et du « Où vais-je ?».

Mais bien évidemment les évènements influent totalement sur sa manière d'assumer le monde avec lequel il se débat furieusement.

L'actualité ne lui laisse aucun répit et c'est si vrai que Ronan Chéneau qui avait écrit son texte pour sa création à Moscou il y a quelques années a éprouvé le besoin de ramener le temps qui passe aux urgences d'aujourd'hui et aux interrogations humaines, politiques, voire sexuelles, auxquelles le jeune musulman se trouve confronté.

L'intolérance, l'incompréhension, le refus des autres, les idées reçues, l'adhésion ou le refus d'appartenir à un groupe ou à une conviction religieuse... autant de problèmes existentiels qui le catapultent dans un maelström de sensations. Il cherchera des réponses grâce à des fées - ou des démons ? - qui à la manière d'un choeur antique, soulignent les événements, exacerbent les sentiments et jouent avec une nature fragile qui se révolte devant la soumission que son état devrait lui imposer.

C'est évidemment un prétexte et un réquisitoire qui met en évidence les contradictions des discours qu'on lui assène... depuis la diatribe fascisante jusqu'à la vison idyllique d'un monde qui abolirait définitivement les différences. Les fées tentent de faire la part des choses en voulant le débarrasser de ses inhibitions et lui insufflent la force de se battre afin de mieux appréhender une vie si mal engagée .

C'est un beau sujet, traité avec une pertinence à la fois féroce et tendre, empreinte d'une poésie du désespoir dont David Bobée, dans sa mise en scène, traque les soubresauts tragiques ou amoureux.

Avec cette esthétique du corps qu'il maîtrise parfaitement, il dirige une distribution remarquable de spontanéité et qui bouge admirablement. Il y a dans ce ballet qui déroule ses beautés glauques dans des lumières d'aquarium une science du mouvement, un instinct du geste, une grâce impulsive et pourtant admirablement maîtrisée par une équipe bouillonnante de jeunes comédiens dont la motivation énergique tient constamment le spectateur en haleine.

Homme de théâtre, homme de danse, Bobée est aussi un homme de cinéma. Dans « Fées » il nous fait entrer dans l'intimité de ses personnages. Ronan Cheneau les fait vivre au plus près de leurs pulsions, de leurs attentes, de leurs désirs. La caméra de Bobée va au fond des choses, scrute, cherche les frémissements profonds d'une jeunesse qui ne croît plus aux contes de fées mais prête à croire à tous les sortilèges que la vie lui promet.

(photo Arnaud Bertereau – Agence Mona)

Dans le cadre du festival « Rouen impressionniste » jusqu'au 12 aoùt,, 22 rue Victor Hugo à Rouen (à deux pas de l'Aître Saint-Maclou)

Dates et réservations sur cdn-hautenormandie.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article