Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Vincent Dumestre à la Chapelle : God save music !

27 Avril 2016 , Rédigé par François Vicaire

Vincent Dumestre à la Chapelle : God save music !

« Si mon luth avait des ailes.... «

Actuellement Vincent Dumestre pourrait aisément paraphraser Reynaldo Hahn (et accessoirement Victor Hugo). Des ailes, en effet, c'est ce qu'il devrait avoir tant son emploi du temps l'entraîne aux quatre coins du globe sans pour autant lui faire oublier, loin s'en faut, la chapelle du Lycée Corneille qui est un peu sa terre d'élection.

Le temps de revenir prendre une tasse de thé avec Purcell dans le courant de mai à l'Opéra de Normandie puis à la Chapelle et il reprendra la route de ses succès qui l'entraînera de Perm en Russie à Brassus en Suisse en passant par Bruxelles et une flopée de festivals qui l'attendent cet été.

Aujourd'hui, il revient des Etats-Unis où le « Poème » entretient avec la « Columbia University » une collaboration qui date maintenant de près de 10 ans. Ce qui donne, à chaque fois, l'occasion à l'ensemble de faire le tour de quelques uns des lieux les plus mythiques de la ville comme l'église Saint Mary Virgin qui bénéficie dans un cadre splendide d'une acoutisque qui ne l'est pas moins ou le théâtre Miller où il se produisait cette année.

En réalité, la musique baroque aux Etats-Unis et particulièrement à New-York bénéficie d'un droit de cité tout à fait particulier. Dans cet environnement qui pourrait échapper à l'intimisme d'un art essentiellement de proximité, Vincent Dumestre retrouve à chaque fois un public passionné, attentif et qui peut-être inconsciemment mais d'une manière très présente dans son implication, s'emploie à retrouver de lointaines racines culturelles.
On le sait, la musique est un grand rassembleur des cœurs et le programme que Vincent Dumestre présentait cette année en était la parfaite illustration avec le délicieux récital composé de musique de cour français, dans laquelle la tendresse, la nostalgie et aussi quelques joyeusetés forment une guirlande de sentiments que n'aurait pas désavouée Julie de Lespinasse.

Et le courant passe si bien d'un bord à l'autre de l'Atlantique que le « Poème Harmonique » prépare pour l'année prochaine une grande tournée américaine et met sur pied un partenariat avec la très célèbre Julliard School of Music qui dépend, justement, de la « Columbia ».

Ce qui n'empêche par Dumestre de consacrer au rituel d'une « cup of tea » auquel un anglais ne saurait se soustraire. Ce sera avec deux concerts, l'un à l'Opéra de Rouen, le 29 mai à 16 heures, avec une évocation d'une rencontre improbable entre Shakespeare et Purcell avec le contre-ténor Nicholas Tamagna et le comédien Geoffrey Carey. L'autre le 5 juin à 16 heures également et qui sera consacré, dans la tradition des odes de circonstance qui célébraient les grands événements de la cour d'Angleterre. Ce sera l'Ode pour les funérailles de la Reine Mary qui déploiera les fastes d'un cérémonial musicalement somptueux dont Vincent Dumestre, à la tête des solistes, de l'orchestre et des choeurs, sera le grand ordonnateur.

Et Purcell continuera d'être à l'honneur mais cette fois à la Chapelle Corneille avec les jeunes talents du Taylor Consort (Jeudi 26 mai à 20 heures).

Suivra le lendemain 27 mai à 18h30, une conférence donnée par Michael Edwards qui est anglais par la naissance mais français par le cœur au point de s'être fait naturaliser ce qui lui a ouvert les portes ou plus exactement un fauteuil à l'Académie française. Homme de lettres, de poésie, passionné de musique et d'histoire, il établira un parallèle entre ces deux talents exceptionnels – si exceptionnels qu'on a même discuté de la paternité de leurs œuvres - que sont Molière et Shakespeare.

Et pour rester dans l'ambiance old England de cette fin de saison, le mercredi 1er juin à 18 heures seront évoqués les arts de la table en corrélation avec un discours musical qui évitera le gigot à la menthe et le plum-pudding.

Enfin, en ce mercredi 1er juin à 20 heures, le consort de violes de gambe restituera le véritable trésor musical que représente le manuscrit Baldwin, considéré comme une remarquable et unique compilation d'oeuvres du XVIème siècle.

Et la saison de Vincent Dumestre à la Chapelle se terminera avec le mardi 7 juin à 18 heures avec le concert de fin d'année de l'école harmonique qui permettra d'apprécier l'excellence du travail réalisé par les membres du « Poème » auprès de jeunes élèves des Hauts de Rouen qui grâce à eux ont découvert la musique et la pratique d'un instrument.

Il ne leur reste plus – se ce n'est déjà fait – à apprendre l'anglais pour reprendre à l'unisson « God save music » !

notre photo : Vincent Dumestre et des membres du "Poème" à New-York devant le Miller Theater

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article