Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Théâtre en Normandie

Kaspar et Juliette » : vivre sa vie en jouant celle des autres

21 Mars 2016 , Rédigé par François Vicaire

 Kaspar et Juliette » : vivre sa vie en jouant celle des autres

Présenté en avant-première au Grenier de la Mothe qui est une antenne intelligente de l'animation culturelle en pays de Bray, c'est un spectacle qui aurait très bien pu s'inscrire dans le cadre du festival « Art et déchirure ». En effet, « Kaspar et Juliette », que présente actuellement la troupe de l'Escouade sur un texte et dans une mise en scène d'Emmanuel Billy, s'inscrit parfaitement dans cet espace bien particulier qui traite des difficultés de personnes souffrants de handicaps plus ou moins lourds et à qui le théâtre offre des bouffées d'oxygène régenérecentes.

L'argument prend pour lointaine référence le fait divers historique de Kaspar Hauser, surnommé « l'orphelin de l'Europe » qui fut peut-être l'héritier du Grand-Duché de Bade et aurait été « gommé » du monde pour d'obscures problèmes dynastiques. L'histoire porte en elle tous les ingrédients du drame romantique au point d'avoir fasciné la littérature, le théâtre, le cinéma et la poésie. Mais si Emmanuel Billy a pris pour axe de départ cette énigme qui n'a jamais été élucidée avec certitude, son propos va bien au-delà.

Les personnages qu'il a imaginés ont aussi leur mystère. Ils sont à la recherche de leur identité profonde et font preuve, en même temps, d'une belle détermination à s'imposer dans un monde où la différence pose le problème de la reconnaissance mais aussi celui de sa propre acceptation de soi.

Emmanuel Billy entre de plain-pied dans la réalité des choses en engageant une réflexion sur les moyens de « sortir de la marge ». Ses personnages y parviennent en revendiquant ce qu'ils sont et ce qu'ils veulent devenir avec tout ce que cette volonté implique comme nécessité de communication et en même temps entendent affirmer leur désir dans son sens le plus concret et impérieux.

« Kaspar et Juliette » évoque sans détour ces problèmes cruciaux en donnant à deux comédiens souffrant, chez l'un, d'un comportement parfois difficile et chez l'autre de difficultés visuelles, les rôles principaux dans lesquels ils peuvent se retrouver.

Mais il ne faut pas s'y tromper, « Kaspar et Juliette » ne relève pas de la thérapie de groupe. Même si Hervé Langbourg est à l'ESAT de Cailly et Priscilla Guillemain-Pain appartient à la troupe du Théâtre Euridyce de l'ESAT de Plaisance, ils sont l'un et l'autre des comédiens à part entière qui ne jouent pas leur vie mais prennent à leur compte avec un vrai talent celle qu'Emmanuel Billy a inventée pour eux.

D'ailleurs, le jeu de miroir est assez troublant pour brouiller les pistes mais on ne perd jamais de vue la réalité des comédiens. Celle qu'ils assument dans la fiction est suffisamment forte et bien menée pour que l'acte théâtral garde toute sa dimension.

C'est d'autant plus vrai qu'avec un intelligent jeu de panneaux mobiles, des projections et les lumières de Geoffroy Duval, la mise en scène sert parfaitement la performance d'acteurs. Ce professionnalisme affirmé reste avant tout l'élément essentiel du spectacle d'autant plus que Valérie Diome et Sophie Caritté apportent la solidité de leur talent et la maîtrise de leur sensibilité pour servir de point de repère et permettre à leurs camarades de jouer le jeu avec un naturel et une fraîcheur d'intentions absolument convaincante. Le public s'y laisse prendre avec le sentiment d'assister à l'épanouissement de natures dramatiques qui ont la force et les fragilités dont tout comédien, même le plus aguerri, ne se départit jamais.

En l'occurrence, pour ce spectacle, la fiction prend le pas sur la réalité.

Et c'est très bien ainsi.

A Saint-Valéry-en-Caux au « Rayon Vert »

Jeudi 31 mars à 20h30

A Petit-Couronne au « Sillon »

Mardi 19 avril à 19h30

Le texte de "Kaspar et Juliette" d'Emmanuel Billy est édité chez Christophe Chomant, "éditeur, imprimeur et façonnier" où il est disponible, 16 rue Louis Poterat à Rouen (christiophe.chomant@wanadoo.fr)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article